Mars 2019

Carron McCabe, directrice des programmes pour l’Î.-P.-É., et Amanda Dipaolo, directrice des opérations au Canada Atlantique de Labos Créatifs, sont à la recherche d’étudiants pour animer leurs camps d’été.


Durant l’été 2018, Labos Créatifs (Brilliant Labs en anglais) a embauché six étudiants pour animer des camps d’été axés sur la créativité et l’apprentissage par projets, certains diraient l’apprentissage par problèmes. 

Ces six étudiants ont reçu près de 800 enfants dans presque 20 localités de l’Île et cette année, durant l’été 2019, les dirigeants de Labos Créatifs visent encore plus haut.  «Nous voulons embaucher plus d’étudiants et élargir encore le réseau de localités et d’endroits où nous nous rendons.  C’est pour cela que nous assistons à cette foire d’emplois à UPEI, car nous recherchons des étudiants curieux et souhaitant apprendre», dit Amanda Dipaolo, directrice des opérations au Canada Atlantique. 

Contrairement à ce qu’on pourrait croire, Labos Créatifs ne recherche pas des As de la programmation, ni des ingénieurs accomplis.  «Nous recherchons des étudiants qui aiment travailler avec les enfants, qui sont de bons communicateurs, qui sont capables de comprendre et qui n’ont pas peur de ne pas savoir quelque chose.  Avec les Labos créatifs, tout le monde apprend.  Nous recherchons des étudiants qui pourront guider les jeunes et les amener à se poser les bonnes questions.  Nous ne cherchons pas des étudiants qui ont toutes les réponses, au contraire, c’est cela, l’enseignement de la création», soutient Amanda Dipaolo. 

Le site Web de l’organisme est particulièrement bien fait et d’une qualité égale en français et en anglais.  On y décrit l’enseignement de la création comme «une philosophie pédagogie qui vise à changer la façon dont les élèves interagissent avec la technologie.  Cette philosophie les encourage à passer de consommateurs à créateurs.  En créant des objets physiques, les élèves vivent des expériences d’apprentissage authentiques, font appel à leurs connaissances STIAM (sciences, technologie, ingénierie, arts et mathématiques) sont inspirés à acquérir de nouvelles connaissances pour devenir non pas des consommateurs, mais des innovateurs et des créateurs».

Bien que Labos Créatifs soit présent partout en Atlantique, ce qui commande une capacité bilingue, les ressources en français sont encore limitées l’Île-du-Prince-Édouard.  C’est pourquoi l’organisation aimerait bien embaucher au moins quelques étudiants bilingues pour ses camps d’été, et se rendre dans les localités et établissements francophones.  Cela étant dit, Labos Créatifs est présent dans deux des six écoles francophones de la province, grâce à ses «charriots de créations».  «Avec nos stations de création mobiles, nous nous rendons régulièrement à l’école François-Buote et à l’école Évangéline, avec le soutien de la Division francophone du ministère de l’Éducation [du  préscolaire et de la Culture].  Dans ces deux écoles, tout se passe en français.  Partout où nous allons, les enseignants adorent nous voir arriver, car ils ont tous un peu besoin d’aide pour intégrer les technologies dans leurs cours», dit Carron McCabe, directrice des programmes pour l’Île-du-Prince-Édouard. 

La culture «Maker» est très tendance depuis quelques années, et on croit qu’elle est nouvelle, mais au contraire, c’est une façon naturelle d’apprendre.  «Traditionnellement, les enfants apprennent en regardant leurs parents.  On apprend en faisant et en imitant, ou en voulant tout remettre en question», insiste Carron McCabe.

- Par Jacinthe Laforest

La Voie de l’emploi en images

VE CodyClintonvideogames
Cody Clinton video games
VE connection2employment
Connection 2 employment
VE damedeetsy
Dame de Etsy