Septembre 2017

Robert Poirier, propriétaire de Acadian Roofing.

Robert Poirier de Saint-Raphaël dans la région Évangéline est le propriétaire de l’entreprise Acadian Roofing.  C’est son entreprise qui a reçu le contrat de refaire le toit de l’église Notre-Dame-du-Mont-Carmel.

«Au cours des 20 dernières années, nous avons fait 13 toits d’église.  Nous avons entre autres refait le toit de l’église St Anthony à Bloomfield et celui de l’église St Mary à Souris.  C’est un travail difficile, et dangereux aussi, parce qu’on est dans les hauteurs.  Je m’assure que mes employés aient toute la formation qu’il faut pour utiliser les équipements de sécurité.  Je dois dire que présentement, mon équipe est excellente.  J’ai cinq employés à temps plein, et ils travaillent tous très bien.  C’est ce qui me permet de faire un travail de qualité, et de garder la bonne réputation de mon entreprise», a indiqué Robert Poirier, quelques jours seulement avant de commencer le toit de l’église à Mont-Carmel.

Ses employés à plein temps sont des jeunes de la région Évangéline et des environs pour la plupart.  Il y a Corey Arsenault, Claude Arsenault, Ryan Arsenault, Randel Matthews et Mike Renaud, ce dernier arrivé à l’Île récemment, et embauché depuis quelques mois seulement.

«Je ne suis pas le poseur de toit de métal qui coûte le moins cher.  Premièrement, les modèles de bardeaux que je vends sont de très bonne qualité, et deuxièmement, je paie mes hommes plus que la moyenne parce qu’ils sont bons et que je veux les garder.  C’est un travail où les carrières ne sont pas très longues, mais je peux leur donner des raisons de rester le plus longtemps possible.  Ils gagnent de l’expérience, deviennent plus efficaces et plus motivés.  C’est bon pour mon entreprise, mais c’est surtout bon pour les clients», affirme Robert Poirier.

Poser des toitures, sous notre climat, n’est pas un travail qu’on peut faire 12 mois par année.  «On peut travailler dans le froid, jusqu’à moins 10, mais le vent est un obstacle plus grave, et le givre aussi, car il rend les toits glissants», confirme Robert Poirier, qui ne demande pas à ses employés de travailler dans des conditions impossibles, peu importe la demande.

«Quand j’ai commencé dans ce domaine, les toits en métal étaient encore peu connus.  Je devais prendre des contrats un peu partout en Atlantique pour avoir assez de travail.  Maintenant, tous mes contrats sont à l’Île-du-Prince-Édouard parce que la demande a beaucoup augmenté.  Présentement, on remplace des toits en bardeau d’asphalte qui ont de 12 à 15 ans, alors que nos bardeaux de métal sont garantis 50 ans.  C’est un peu plus cher, mais c’est beau et c’est durable.  C’est le toit qui protège tout l’intérieur de la maison.  C’est un investissement», soutient l’homme d’affaires.

La qualité de son travail et la satisfaction de ses clients sont sa meilleure publicité.  L’adresse Web est le www.acadianroofing.co




Robert Poirier, propriétaire de Acadian Roofing.

- Par Jacinthe Laforest

La Voie de l’emploi en images

VE CodyClintonvideogames
Cody Clinton video games
VE connection2employment
Connection 2 employment
VE damedeetsy
Dame de Etsy