Novembre 2019

Jennifer et Mickaël Jauneau sont forts occupés avec l’entreprise et les enfants, incluant la jeune Carmen, âgée de neuf mois, et son grand frère Thomas, qui était absent.


Mickaël Jauneau, originaire de la France, et sa femme Jennifer Jauneau, originaire de Vancouver, sont propriétaires, depuis juin 2018, de la miellerie Canoe Cove Honey située, comme son nom l’indique, à Canoe Cove, le long de la route 19. 

«Nous étions en Nouvelle-Zélande depuis plusieurs années lorsque nous avons vu l’annonce de cette miellerie à vendre.  Nous cherchions déjà quelque chose dans cette région de l’est du Canada, pour nous rapprocher, si on peut dire, de nos deux familles.  La miellerie avait déjà une bonne clientèle, que nous essayons d’accroître», dit Mickaël. 

Au départ, Mickaël était mécanicien et Jennifer était formée dans les ressources humaines.  L’api-culture s’est présentée un peu par hasard dans leur vie.  «Nous avions prévu un séjour d’un an en Nouvelle-Zélande pour voyager en travaillant.  Arrivés sur une ferme pour cueillir des asperges, au printemps, on s’est rendu compte que c’était en fait une production secondaire à la principale qui était les abeilles et le miel.  Et au moment où Jennifer et moi on arrivait, le fermier a perdu l’employé sur lequel il comptait pour ses ruches.  J’ai accepté son offre de travailler dans ce domaine et je me suis formé, sur le tas, comme on dit», a indiqué Mickaël. 

En tout, le couple a passé cinq ans en Nouvelle-Zélande, en alternant avec des séjours en France.   Le fils aîné, Thomas, est né en France et a vécu en Nouvelle-Zélande jusqu’à son arrivée à l’Île.  La plus jeune, Carmen, est une vraie Prince-Édouardienne. 

La famille, le travail, l’exploration de nouvelles techniques, l’adaptation au nouveau milieu de vie, tout cela se fait en même temps, de façon naturelle, sans trop de pression. 

«Nous avons 240 ruches.  Les plus gros producteurs à l’Île en ont 3000, alors on peut dire que nous sommes petits dans l’industrie, mais notre miel est apprécié.  C’est du miel naturel, non pasteurisé.  Nous n’utilisons pas non plus d’antibiotiques pour prévenir l’apparition de certaines ma-ladies potentiellement mortelles pour les abeilles.  Je contrôle manuellement mes ruches, et quand je vois un problème, j’éradique.  À long terme, je pense que c’est mieux pour les abeilles de procéder comme cela».

La miellerie Canoe Cove Honey est artisanale, par bien des aspects.  Il n’y a pas de chaîne de montage, pas de mise en pot automatique, etc., mais tout ne se fait pas à la main pour autant.  «J’ai l’équipement de base, comme le désoperculateur, la centrifugeuse et quelques autres équipements de filtrage et d’entreposage et pour l’instant ça suffit.  Si on voulait ajouter plusieurs autres ruches, alors, on n’aurait pas le choix d’acquérir des équipements automatisés pour certaines tâches afin de me libérer pour d’autres».

Le kiosque de Canoe Cove Honey est placé au bord de la route 19, au 6718. La propriété est très invitante. 


Rien n’est gaspillé

On s’entend que la production première d’une miellerie est le miel.  Sauf que, qui dit miel, ditcire, et dans une quantité impressionnante.  «Avec la cire, on fait des bougies, de tous les formats, des produits pour la peau, des baumes à lèvres.  Je fabrique même un mélange que les gens peuvent faire fondre à la maison et y plonger un tissu de coton pour se faire un emballage à nourriture complètement réutilisable.  C’est fantastique», dit Jennifer, qui ne néglige pas non plus la propolis, dont elle fait une teinture qu’elle ajoute aux produits pour la peau. 

La crème pour le corps, que Jennifer fabrique, est excellente pour diverses conditions de la peau, incluant l’exéma.  Toutes les crèmes sont naturelles,le seul parfum qui s’en dégage est celui de la propolis, une substance résineuse recueillie sur les bourgeons et les écorces de certains arbres par les abeilles, que les apiculteurs recueillent à leur tour dans la ruche.

On garde, on change et on ajoute 

Les Jauneau ont maintenu le contrat de pollinisation des bleuetières de la région de Morrell, où ils installent leurs ruches environ trois semaines au début de l’été.  «Ça rapporte, car ils louent les ruches et lorsque je ramène mes ruches, j’ai du miel de bleuet.  Quand on a repris l’entreprise, on a gardé des choses, et d’autres, on a décidé de les changer, comme le nom.  Ça s’appelait Honeydew Apiaries et on trouvait que c’était compliqué et pas assez descriptif au premiercoup d’œil.  Donc on a opté pour Canoe Cove Honey.  Et avec des amis, on a créé notre image commerciale.  Ça s’est fait passablement vite, tout ça», avoue Mickaël.

Le premier été, les gens qui venaient demandaient souvent de voir comment les ruches fonctionnaient.  Avec seulement une combinaison de travail pour Mickaël, qui s’occupe des ruches, ce n’était pas possible.  Mais le potentiel lui est appa-ru de faire connaître son métier tout en créant un revenu.  «Nous avons acheté des combinaisons, et durant l’été 2019, j’ai organisé des visites pour des groupes de 20 personnes maximum.  En deux heures, le dimanche, on voyait tout le processus de fabrication du miel incluant une dégustation, le tout pour 40 $ la personne.  Ç’a bien fonctionné.  Je vais voir quelle forme ça va prendre l’été pro-chain», dit Mickaël Jauneau.

Les produits Canoe Cove Honey sont vendus sur site, dans le marché des fermiers de Charlottetown en saison, et dans quelques autres marchés comme le Riverview Market, à Charlottetown également.  Canoe Cove Honey aura un kiosque au Festival de Noël de Charlottetown, du 29 novembre au 1er décembre, dans le quartier de Victoria Row.  D’ici quelques semaines, un site Web permettant les transactions financières sera mis en ligne, pour faciliter la distribution du produit. 

Pour l’hiver, les ruches sont en hivernage.  «C’est une période délicate, et je me fie à mes abeilles pour savoir ce qu’elles ont à faire.  J’interviens le moins possible, même si parfois, j’ai envie d’aller voir comment elles vont», dit le dirigeant de cette entreprise où les employées ont bien mérité quelques mois de congé. 

De l’aide de la province

À leur arrivée les Jauneau ont vite fait le tour des programmes gouvernementaux qui pouvaient s’appliquer à leur situation.  Ils ont déposé des dossiers de demande et reçu de l’aide du projet d’expansion de la pollinisation à l’Île, dont le but est d’augmenter graduellement et de façon durable le nombre de ruches auxquelles les producteurs de bleuets et d’autres fruits ont accès pour stimuler la production fruitière. 

Ils ont aussi reçu de l’aide du Future Farmers Program.  Ce programme est conçu pour augmenter les chances de réussite des jeunes qui choisissent de tenter leurs chances en agriculture. 

Après la récolte, le miel brut est entreposé dans des barils où il cristallise, dans un processus normal de conservation.  Au fur et à mesure que les commandes entrent, le miel est sorti de l’entreposage pour être traité et préparé pour la mise en marché. 



Jennifer Jauneau prépare la crème pour le corps selon une recette qui a fait ses preuves. 



Les produits de miel de Canoe Cove Honey sont offerts dans plusieurs formats et saveurs.

 

 

La Voie de l’emploi en images

VE CodyClintonvideogames
Cody Clinton video games
VE connection2employment
Connection 2 employment
VE damedeetsy
Dame de Etsy