Avril 2021

Barbara Pinto a fondé Mama B’s Spice Blends il y a deux ans et demie.

Barbara Pinto était contrôleure  en comptabilité pour une société à Montréal.  Son mari, lui, travaillait dans le domaine de la construction.  La vie allait à toute vitesse.  Tout le monde voulait que tout soit fait hier, comme si demain n’existait pas.  «Chaque fois que je faisais affaire avec des gens des Maritimes, je sentais que c’était plus relaxant.  En 2008, on est venu faire un tour et en 2009, on a déménagé.  Et je confirme, demain existe ici à l’Île».


Barbara Pinto a quitté Montréal avec ses compétences en tenue de livres qu’elle a rapidement mises au service de nombreux clients, des petites entreprises pour la plupart à son arrivée à Souris Ouest il y a un peu plus de 10 ans.  «Parmi mes clients, j’avais une entreprise dont la croissance nécessitait plus de temps que je ne pouvais lui consacrer, si je voulais garder mes autres clients.  Une fois ce client parti, je me retrouvais du jour au lendemain avec deux jours par semaine, entièrement libres.  Je devais faire quelque chose.  Je me suis mise à mélanger des épices.  Ça fait deux ans et demi, et cinquante mélanges d’épices plus tard, j’ajoute constamment de la variété à mon offre», dit la dame qui a ainsi mis sur pied sa seconde entreprise : Mama B’s Spice Blends.  


Pour créer ses mélanges d’épices, Barbara Pinto se fie avant tout à son goût, à ce qu’elle aime et aussi, à ce qu’elle connaît des cuisines internationales.  «Je fais des mélanges pour tous les types de recettes, la cuisine thaïe, la cuisine coréenne, chinoise, la cuisine de pratiquement toutes les traditions.  Vous savez, en Indes par exemple, il n’y a pas “une recette” de curry.  Chaque famille a sa recette, chaque région a sa variante.  Parfois, les gens me disent que mon mélange ne goûte pas celui qu’ils ont goûté ailleurs.  C’est juste normal».


En deux ans et demi, Mama B a grandement varié son offre, ajoutant de nouvelles gammes de produits, mais également, de nouvelles façons de présenter ses produits.  «Mes mélanges d’épices se vendent en bouteille, mais une bouteille, ça dure longtemps.  Alors, j’ai développé un format qui comprend une cuillère à soupe de mélange dans une enveloppe, avec une carte recette, pour que les gens expérimentent.  En ajoutant la recette, ça fait toute la différence.   En même temps, je fais de la pédagogie.  J’enseigne des façons de varier les menus une cuillère à soupe de mélange à la fois.  C’est assez pour une recette de six ou même huit portions.  C’est suffisant pour tester.  Et si on aime ça, on achète le plus gros
format».


La pandémie retarde ses projets


La pandémie a, à l’évidence, compliqué la vie de Barbara Pinto.  «Je donnais des cours de cuisine, avant la pandémie.  Les gens venaient et on faisait, par exemple, cinq recettes différentes avec le même mélange, pour montrer que c’est polyvalent.  J’ai dû arrêter.  La COVID a égale-
ment retardé mon projet d’ouvrir un petit magasin avec mes produits et d’autres produits locaux.  C’est seulement retardé.  Dès que ce sera à nouveau sécuritaire, je vais reprendre les démarches.  En attendant, je vends sur Shop PEI, sur Etsy et je fais quelques salons de vente.  J’en ai fait un au Delta en novembre dernier, avec les masques et plus, et il y en a un autre qui s’en vient à la fin du mois d’avril.  Et j’ai ma fidèle clientèle locale».


Toujours en mode «Recherche et développement»


Une fois la recette mise au point, l’emballage ne prend pas de temps.  En ce printemps 2021, elle consacre une journée par semaine à cette activité.  Par contre, chaque repas préparé à la maison est une activité de «recherche et développement».  La créatrice de saveurs expérimente en variant les proportions, pour créer des mélanges inédits que personne ne peut reproduire avec exactitude. «Certains de mes mélanges ont jusqu’à 15 ou 16 épices différentes.  Ce sont des goûts complexes», résume Mama B. 


Barbara Pinto propose aussi des cornets de soupe prête à cuire, des mélanges à trempette, des cafés aromatisés qu’elle torréfie et aromatise elle-même, des épices à frotter (pour les BBQ et les rôtis), et elle veut ajouter à sa gamme de produits des mélanges pour pâte à frire et des mélanges pour sauces, qui sont à l’étape «recherche et développement».  


Barbara Pinto n’a fait appel à aucun programme gouvernemental pour établir sa nouvelle entreprise, jusqu’à présent.  Cependant, elle aimerait que Mama B prenne de l’expansion, pour occuper une place grandissante dans l’horaire de la semaine.  Barbara Pinto et son mari, maintenant retraité, vivent dans un village côtier, très rural.  Pour la femme d’affaires, ça n’a pas été un obstacle.  Au contraire, ce «nouveau» mode de vie lui a donné les demains pleins de saveurs que son cœur lui réclamait.  







Les produits de Barbara Pinto sont vendus entre autres sur Shop PEI, en attendant d’avoir sa propre petite boutique.   (Photos : Gracieuseté)


- Jacinthe Laforest

La Voie de l’emploi en images

VE CodyClintonvideogames
Cody Clinton video games
VE connection2employment
Connection 2 employment
VE damedeetsy
Dame de Etsy