Mai 2021
MargaretMagner-1.jpg

 

Margaret Magner, directrice générale de PEIBWA.  (Photo : Gracieuseté)



L’association des femmes d’affaires de l’Île-du-Prince-Édouard (PEIBWA) regroupe 500 membres de partout dans la province, un nombre qui est en croissance constante, comme le suggère la hausse de 20 % du member Shop dans la dernière année.

Contrairement à ce qu’on pourrait croire cependant, tous les membres ne sont pas nécessairement des propriétaires d’entreprise, explique la directrice générale de PEIBWA, Margaret Magner.  «Nous avons des membres qui s’intéressent aux affaires au féminin sans toutefois posséder une entreprise.  Elles peuvent aussi bien être ce que nous appelons une intrapreneuse, c’est-à-dire dire être une femme qui fait preuve d’esprit d’initiative et d’innovation dans l’emploi qu’elle occupe.  Elle peut avoir envie d’avoir sa propre entreprise, et être en recherche.  Ce que nous voulons, c’est aider les femmes à atteindre leurs buts.  Nous sommes là pour servir», insiste la directrice générale.  

La PEIBWA était autrefois surtout concentrée dans la région de Charlottetown.  Ce n’est plus le cas, surtout depuis l’ouverture, en 2019, du centre des femmes d’affaires en milieu rural à Bédèque.  Cet espace de 2 500 pieds carrés, disposant de l’internet haute vitesse, de tables, de chaises, est un lieu où les femmes peuvent venir s’installer pour travailler pendant quelques heures, pour changer de décor, pour rencontrer des clients, ou autre.  «C’est complètement gratuit et il n’est pas nécessaire de réserver.  Même avec la COVID-19, il y a assez de place pour accommoder jusqu’à 20 personnes tout en respectant les distances réglementaires.  C’est un très bel endroit et nous en sommes très fières.  Il y a un petit café (Babas Kitchen) ou tout est fait sur place.  Si on préfère, on apporte son propre lunch pour le faire réchauffer et profiter du café gratuit offert dans la cuisinette de la grande salle», décrit Margaret Magner avec enthousiasme.  

Par l’entremise de ses deux cen-tres de service de Charlottetown et de Bédèque, PEIBWA offre un assortiment de services et de programmes destinés à aider les femmes à franchir les barrières qui les empêchent de progresser.  «Vous savez, selon une étude assez récente faite par l’Université Mount Allison, 62 % des femmes qui se lancent en affaires le font pour se créer une source de revenus.  C’est ce que j’ai fait.  Les autres femmes lancent leurs entreprises parce qu’elles voient une opportunité, un marché qui attend d’être saisi.  Et les femmes dans cette secon-
de catégorie font beaucoup plus d’argent.  Le quart de ces femmes qui se lancent en affaires pour saisir une opportunité ont des revenus allant de 500 000 $ à 5 millions de dollars.  Par opposition, seulement 10 % des femmes qui se lancent en affaires pour arrondir les fins de mois atteignent ces fourchettes de revenus.  Nous, à PEIBWA, nous constatons que lorsque les femmes acquièrent les compétences et les habiletés pour identifier les opportunités, et qu’on leur donne les moyens d’agir, par des subventions ou autres, on leur permet de se démarquer et d’arrêter de se sous-estimer.  Et c’est ce que nous faisons, au moyen de nos programmes dont nous sommes très fières».

Trois programmes au service des femmes

Dans le cadre d’une large initiative intitulée Transition vers la croissance, trois programmes d’appui, d’accompagnement et de perfectionnement
ont été lancés.  

  • «Accelerate Her PEI»


«Accelerate Her PEI» est un tout nouveau programme destiné à des femmes qui sont déjà dans les affaires.  «Pendant trois mois, les participantes bénéficient d’un accès gratuit à des services de soutien aux entreprises personnalisés pour répondre à leurs besoins individuels.  Cela comprend des réunions de groupe hebdomadaires, du mentorat individuel, du soutien par les pairs et un bassin d’expertise auprès d’une variété d’entreprises et de chefs d’industrie.  Une première cohorte de 20 femmes a suivi le programme à partir de janvier 2021 et une seconde cohorte a
commencé le programme le 10 mai 2021.  Ce programme est offert en personne au centre de Bédèque ainsi qu’en ligne, à distance», précise
Margaret Magner.  

  • «Moving Women Online 2.0»


«Moving Women Online 2.0» (2021) s’appuie sur le programme pilote mis en œuvre par le Partenariat pour la croissance des femmes du Canada atlantique (PCFCA) et la PEIBWA en 2020 pour fournir un soutien et une formation aux femmes propriétaires d’entreprise de l’Î.-P.-É. afin d’améliorer leur présence en ligne et d’incorporer des plateformes de commerce électronique dans un site Web actuel.  

Ce programme est offert virtuellement aux entreprises appartenant à des femmes de l’Île-du-Prince-Édouard par le biais d’une combinaison de formation de groupe et de soutien technique individuel et pratique.  L’édition 2021 est déjà en cours et se poursuivra jusqu’au 31 juillet.  

  • «MAPS 2.0»


Le financement de «MAPS 2.0» (Momentum Advisory Professional Services / Services consultatifs professionnels d’élan) vise à aider les entreprises à gérer les effets du COVID-19 et ses impacts.  Des services consultatifs et professionnels visant à donner un élan seront contractés au nom de l’entreprise participante pour des projets dans plusieurs catégories comme les opérations commerciales, la transformation de l’entreprise et les mesures de redressement.  


«En 2020, nous avons reçu 113 candidatures pour 20 places.  Cette année, notre financement a été bonifié et nous avons de la place pour 25 à 40 femmes.  C’est un programme très avantageux», dit Margaret Magner.  


La période de dépôt des candidatures a pris fin en avril dernier pour l’édition 2021, mais toutes les informations sont encore sur le site Web de PEIBWA pour les femmes qui voudraient planifier leur participation à un prochain programme. 

Margaret Magner rappelle que PEIBWA fait partie du Partenariat pour la croissance des femmes du Canada atlantique et, qu’à ce titre, l’organisme est en mesure d’offrir des services en français.  De plus, l’une des membres du personnel est bilingue.  

Un quatrième programme, en plus des trois premiers déjà en déroulement, devrait débuter cet automne.  Ce programme visera des femmes de moins de 30 ans, appartenant à des groupes sous représentés, des minorités de toutes sortes.  

- Jacinthe Laforest

VE-ajout.jpg

La Voie de l’emploi en images

VE CodyClintonvideogames
Cody Clinton video games
VE connection2employment
Connection 2 employment
VE damedeetsy
Dame de Etsy