Mai 2021

Nico Durant estle fier propriétaire d’une tondeuse de marque Kubota très polyvalente et efficace. Il pourrait prendre quelques contrats de plus.  On le joint au 902-954-1648.



Tout le monde aime voir un terrain bien entretenu et tout le monde aime que son terrain soit bien entretenu.   Après tout, ça contribue à créer une première impression favorable d’un voisinage, d’une propriété, et de propriétaires qui savent contrôler leur environnement.  


Lorsque l’idéal du terrain propre et bien entretenu entre en conflit avec le temps que le propriétaire est prêt à y investir, il lui reste deux solutions : réduire ses exigences ou faire appel à des entreprises spécialisées, comme celle que Nico Durant de Mont-Carmel a créée lorsqu’il avait 14 ans.  Maintenant âgé de 16 ans, il entreprend sa troisième saison.  


«Dans la région et aux alentours, j’ai compté qu’on était huit à faire cela.  Moi, j’ai une quinzaine de propriétés, et je suis le plus petit.  Il y a du travail, surtout à cause des chalets et des propriétaires qui viennent seulement l’été.  Ils aiment que leur propriété soit propre et que quelqu’un la surveille un peu.  Mais le plus gros de mon travail, c’est le gazon et la finition au coupe bordure», dit Nico Durant.  


Les propriétés dont il s’occupe sont situées dans la région Évangéline mais il est ouvert à aller plus loin, si la demande est suffisante.  «Cette année, j’ai presque été à Tyne Valley.  Mais à la dernière minute, quelques propriétaires ont changé d’idée et là, avec seulement deux ou trois contrats, ça réduisait trop ma marge de profit.  Le contrat est allé à quelqu’un d’autre.  Je surveille mes chiffres et quand les chiffres ne marchent pas, ça ne marche pas», dit-il.


Les chiffres sont importants à n’en pas douter, pour calculer des dépenses, les revenus les profits, mais également, pour compter les heures qui sont disponibles.  «Pendant l’hiver, j’ai l’école et je travaille chez Canadian Tire environ 20 heures par semaine.  Je continue à m’entraîner en natation et je vais au gymnase pour faire des poids.  L’été, je n’ai pas d’école, je travaille environ 40 à 45 heures à Canadian Tire, je m’entraîne en piscine et au gym et je coupe des gazons.  Pour m’aider, mon père travaille pour moi de temps à autre et j’ai aussi embauché un jeune, Ethan Arsenault.  Il est fiable, il fait attention à la machine et il fait un bon travail.  Ça lui permet de gagner quelques dollars et moi, ça me rend service.  Sans ça, il y a des journées où je n’ai pas une minute de libre», dit-il.


Ce ne sont pas tous les jeunes de son âge qui ont autant d’esprit d’entreprise.  «Chaque personne est différente.  Je pense que j’ai ça dans le sang de parler au monde et de faire du commerce.  Mes deux grands-pères ont eu des magasins.  Mon grand-père Ronnie gérait la Coop à Mont-Carmel. Mon grand-père Antoine, vous savez comment il peut parler.  Je suis comme lui.  Ça ne me gêne pas d’aller cogner aux portes pour offrir mes services, pour parler de contrats et de prix.  Moi j’aime ça, mais ce n’est pas tout le monde qui est à l’aise avec ça, peu importe l’âge», soutient Nico Durant. 


Tous les professionnels qui coupent les gazons chargent sensiblement le même prix, autour de 60 $ de l’heure.  «La seule manière pour moi de fixer mes prix, c’est de demander ce que les autres chargent.  J’aligne mes tarifs pour être compétitif avec les autres.  Ce n’est pas une bonne idée de couper l’herbe sous le pied de nos collègues.  Il y a assez de contrats pour se les partager.  Et on a tous à peu près les mêmes dépenses de transport, d’essence, d’huile, d’équipement, de machines et de temps, et les assurances qu’il est préférable d’avoir», mentionne Nico Durant. 

- Jacinthe Laforest



 

La Voie de l’emploi en images

VE CodyClintonvideogames
Cody Clinton video games
VE connection2employment
Connection 2 employment
VE damedeetsy
Dame de Etsy