Mars 2019

Nathalie Malo.


La Commission scolaire de langue française (CSLF) a amorcé sa campagne annuelle de recrutement du personnel enseignant le 18 janvier.  En effet, la gestionnaire des ressources humaines Nathalie Malo a rendu visite aux étudiants du baccalauréat en éducation de l’Université de l’Île-du-Prince-Édouard (UPEI).  Elle s’est aussi rendu à l’Université de Moncton le 6 février en compagnie de la coordonnatrice des services aux élèves Lisa Marmen et s’est rendu le 27 février à l’Université du Québec à Rimouski.

La CSLF profite des journées carrières pour faire connaître ses écoles et la belle province qu’elle dessert, renseigner les futurs enseignants des emplois à l’horizon et des services et appuis offerts aux enseignants et les préparer aux entrevues éventuelles.  La CSLF se sert aussi de ses médias sociaux pour annoncer tous ses postes vacants, ainsi que les sites Web de l’AMEQ (Approvisionneur des Maisons d’Enseignement du Québec) et de la Fédération nationale des conseils scolaires francophones.

Nathalie Malo reconnaît que le recrutement des étudiants en éducation est un défi de plus en plus grand.  On note une pénurie croissante au sein du personnel enseignant francophone un peu partout au Canada, tant dans les écoles de langue française que dans les écoles d’immersion, ce qui donne un plus grand choix aux diplômés.  De plus, des commissions scolaires ailleurs offrent un boni à la signature, ce que la CSLF ne peut se permettre.  Et la plupart des diplômés préfèrent s’établir dans leur province natale, ce qui amplifie le défi à l’Île-du-Prince-Édouard. 

Cependant, le programme de UPEI offre un bassin de diplômés de plus en plus intéressant : «Plusieurs étudiants de l’UPEI sont francophones, natifs de l’Île, donc c’est une source de plus en plus importante pour nous», souligne Nathalie Malo.

La Voie de l’emploi en images

VE CodyClintonvideogames
Cody Clinton video games
VE connection2employment
Connection 2 employment
VE damedeetsy
Dame de Etsy