Octobre 2019

Depuis 2017, Chérine Stévula est chargée de coordonner le programme LIENS du RDÉE Î.-P.-É.  Elle offre désormais une présentation aux employeurs afin qu’ils sachent mieux accueillir les nouveaux immigrants au sein de leur équipe.



Des quatre provinces de l’Atlantique, l’Île-du-Prince-Édouard est celle qui connaît la plus rapide croissance démographique, en grande partie grâce à l’immigration.  Considérant le manque de ressources humaines, particulièrement en région, où la main d’œuvre se fait plus difficile à trouver, la solution a du bon.

De ces travailleurs qui font le choix de venir s’établir ici, 92 % sont des immigrants économiques, 4 % proviennent de la réunification familiale et 4 % sont des réfugiés.  «Pourtant, 7 nouveaux arrivants sur 10 sont sous-employés», rapporte la coordonnatrice du projet Liant l’immigration économique à nos succès (LIENS), Chérine Stévula. 

Elle identifie trois étapes pour remédier à cette problématique : mieux recruter, mieux accueillir, et mieux retenir.  «Quand on comprend mieux les nouveaux immigrants, on est plus en mesure de s’adapter en tant qu’employeur», précise-t-elle. 

C’est pourquoi le programme LIENS s’accompagne désormais d’une présentation sur le multiculturalisme, afin que les employeurs apprennent à mieux communiquer avec leurs nouveaux employés fraîchement débarqués au Canada. 

Transcender les cultures 

Chérine Stévula estime que l’adaptation culturelle repose à 80 % sur les épaules de l’employé, et à 20 % sur les épaules de l’employeur.  Certaines dimensions de la culture sont plus évidentes, comme la manière de se vêtir, de se nourrir et la langue préférée, mais d’autres, plus cachées, sont tout aussi importantes au travail : le rapport au temps, à l’espace physique et à la communication non verbale, les méthodes de travail en équipe et le rapport à l’autorité, par exemple. 

«En prenant le temps d’essayer de comprendre l’autre, on peut s’assurer que cette personne soit plus confortable dans son nouvel environnement, et choisisse d’y rester», prévoit la coordonnatrice du programme LIENS. 

Le taux de rétention d’immigrants en Atlantique s’élève à 64 % et 47 % après cinq ans, rapporte-t-elle encore dans sa présentation.  Il est impératif de hausser ces statistiques, puisque la pénurie de travailleurs n’ira pas en s’améliorant : le ratio travailleur/retraité au Canada est aujourd’hui de 4 : 1, mais il sera de 2 : 1 en 2035. 

«On manque de travailleurs, surtout dans les régions.  Les immigrants constituent 2/3 de la croissance démographique canadienne, et près de 100 % de cette croissance sera issue de l’immigration d’ici 2035», indique encore Chérine Stévula. 

Le programme LIENS, établi en 2011 et renouvelé jusqu’en 2020, propose d’aider les employeurs à mieux accueillir les immigrants au sein de leur entreprise.  Cela favorisera les deux parties, comblant les besoins des entreprises et permettant aux nouveaux arrivants de se sentir plus rapidement chez eux à l’Î.-P.-É.  Pour plus d’informations ou pour recevoir la présentation sur le multiculturalisme, visitez le www.liensipe.ca. 

La Voie de l’emploi en images

VE CodyClintonvideogames
Cody Clinton video games
VE connection2employment
Connection 2 employment
VE damedeetsy
Dame de Etsy