Octobre 2019

 

Gabrielle Ayles et Soleil Hutchinsontravaillent avec le sourire, heureuses de faire partie du processus de la terre à l’assiette.(Photos : E.M.)



Les deux dernières années ont été une période charnière pour Soleil Hutchinson, propriétaire de Soleil’s Farm, à Crapaud.  À la suite de sa séparation d’avec celui qui était aussi son partenaire d’affaires, l’entrepreneure a dû redoubler d’ardeur et de créativité pour maintenir les affaires à flot.  Un pari qu’elle a réussi haut la main. 

«Je vends encore mes produits à certains restaurants, mais beaucoup moins.  Peut-être une dizaine, comparativement à plus de 25 avant.  Ce qui fonctionne désormais, ce sont les paniers bios vendus directement aux clients», explique la propriétaire, établie à cet endroit depuis un peu plus de quatre ans. 

Ce nouveau modèle d’affaires l’a en quelque sorte forcée à se diversifier, délaissant quelque peu la verdure pour inclure courges, patates douces, choux de Bruxelles et plus encore à son offre de légumes. 

Autre nouveauté, la nécessite de faire son propre marketing.  «Dans les deux dernières années, j’ai changé le logo et commencé à être plus active sur les réseaux sociaux, Facebook et Instagram.  C’était beaucoup de travail sans nécessairement voir de résultat instantané, mais là ça commence à payer, petit à petit», enchaîne Soleil Hutchinson. 

L’ambiance de communauté

À son avis, le meilleur argument de vente demeure le bouche-à-oreille des clients.  Grâce au site Web renouvelé, les intéressés peuvent désormais s’inscrire en ligne aux paniers bios de légumes, œufs et/ou pain.  La saison d’automne débute le 3 octobre et s’étend jusqu’au 19 décembre. 

Pour récupérer ces paniers, les clients peuvent faire d’une pierre deux coups en visitant le «Thursday Pop-up Market» du Farm Centre de Charlottetown.  «C’est la troisième année que j’y participe, avec quelques autres fermiers, et j’adore l’esprit de communauté qui y règne.  Parfois, dans les plus gros marchés, il y a des tensions ou de la difficulté à bien communiquer.  Ce marché-là n’est pas aussi occupé, mais j’adore le lien avec la clientèle et les autres vendeurs», précise la propriétaire de Soleil’s Farm. 

Comme plusieurs petites fermes des environs ont fermé leurs portes dans les derniers temps, Soleil bénéficie désormais d’une clientèle un peu plus large.  Les adeptes de fruits et légumes frais, biologiques et cultivés localement sont de plus en plus nombreux. 

Difficultés de recrutement

À l’inverse, les employés désirant travailler sur les fermes, et surtout y rester à plus long terme, se font de plus en plus rares.  C’est même l’un des facteurs ayant presque poussé Soleil à mettre la clé sous la porte, il y a deux ans. 

«D’habitude, l’équipe compte deux employés à temps plein et deux à temps partiel.  Mais c’est vraiment le plus gros défi, de les trouver.  Si en plus ils ne reviennent pas d’une saison à l’autre, ça veut dire de tout apprendre à quatre nouvelles personnes, c’est épuisant», constate la propriétaire. 

Elle est tout de même parvenue à recruter Adam Johnston et Gabrielle Ayles pour la saison 2019.  «Je pense qu’il y a de la stigmatisation autour du travail de ferme, c’est perçu comme quelque chose de salissant, de mal payé.  Mais si tu travailles pour une bonne ferme comme celle-ci, ça a vraiment quelque chose de magique!», assure cette dernière. 

Native de la Saskatchewan, Gabrielle Ayles avait déjà de l’expérience pour avoir travaillé dans des vergers de la vallée de l’Okanagan.  «Quand j’ai commencé, j’ai eu cette révélation que la nourriture provient de la terre.  Je le savais déjà dans ma tête, mais de participer à ce processus, c’est incroyable», enchaîne-t-elle. 

Le fait que les légumes de Soleil’s Farm soient tous biologiques, cultivés sans pesticides, est un autre avantage aux yeux de l’employée.  «Tu peux en manger tout en les cueillant, c’est super», s’exclame-t-elle en riant. 

La propriétaire organise d’ail-leurs des «fêtes de cueillette» à l’automne, invitant les habitants de la région à prêter main-forte tout en découvrant le travail de ferme. 

Pour le futur, Soleil Hutchinson espère trouver quelques personnes qui resteront à la ferme à plus long terme.  Cette amoureuse de la campagne a bon espoir d’arriver à un équilibre entre le travail et le temps pour profiter de la vie, et cela passe par des travailleurs prêts à s’investir pour nourrir la communauté. 

Le nouveau logo de la ferme de Soleil Hutchinson est difficile à manquer! 



À la verdure habituelle se sont ajoutés toutes sortes de légumes, comme des carottes, des courgettes et des tomates en serre.

 

La Voie de l’emploi en images

VE CodyClintonvideogames
Cody Clinton video games
VE connection2employment
Connection 2 employment
VE damedeetsy
Dame de Etsy