Septembre 2021

 

Joey Caissie est le nouveau directeur général à la Coopérative Le Chez-Nous.  Sur les photos du haut, on peut aussi voir une salle multifonctionnelle dans la nouvelle aile ainsi qu’une chambre dans la nouvelle aile qui attend son inauguration.  (Photos : Marcia Enman)




Un nouveau directeur est à la tête de la Coopérative Le Chez-Nous depuis quelques semaines.  Après le retour des 39 résidents dans le foyer pour personnes âgées, de nombreux autres défis attendent le responsable que ce soit l’inauguration d’une nouvelle aile ou le manque de personnel. 

«En prenant ce poste, j’ai voulu rendre service à ma communauté», explique Joey Caissie, le nouveau directeur de la coopérative Le Chez-Nous, foyer pour personnes âgées, situé à Wellington. En fonction depuis seulement quelques mois, l’Acadien, originaire de la région Évangéline, a déjà relevé son premier défi en faisait revenir dans les locaux de l’établissement les premiers résidents. 

«Ils sont tellement heureux d’être de retour, ça fait plaisir à tout le monde, à nos employés, à la communauté», commente le responsable.  Il y a huit mois, un terrible incendie avait ravagé l’établissement, obligeant les aînés à quitter temporairement les lieux et à s’installer dans leur famille ou dans divers endroits mis à disposition.  D’importants travaux de rénovation ont été entrepris pour permettre la réouverture de la bâtisse à la fin août de cette année. 

Défis de recrutement 

D’autres projets attendent Joey Caissie dans les semaines et mois à venir.  Une nouvelle aile de la résidence, dont la construction a été finalisée en 2020, devrait bientôt être inaugurée. Une partie de cette section va devenir temporairement des lits pour soins communautaires en attendant de recruter des infirmières pour offrir les services de longue durée comme les manoirs.

Surtout, d’ici quelques semaines, Le Chez-Nous affichera complet avec neuf nouvelles personnes âgées qui feront leur entrée, portant le nombre total de résidents à 48.  «On est en train d’organiser leur arrivée», précise Joey Caissie.    

L’autre enjeu majeur, ce sont les difficultés de recrutement de personnel soignant francophone ou bilingue, à l’image de la situation qui prévaut dans de nombreuses autres communautés francophones en milieu minoritaire. La coopérative compte 25 employés et, depuis l’arrivée de Joey Caissie, deux préposées aux soins ont été embauchées.  «La langue et les pénuries à l’échelle nationale sont des obstacles pour l’instant, dans notre cas au niveau du recrutement des infirmières et des préposés aux soins», reconnaît le directeur. 

L’immigration, solution à la pénurie 

À l’échelle du pays, il n’y a jamais eu autant d’emplois non pourvus au Canada qu’en ce moment.  Statistique Canada, a estimé à 553 500 le nombre de postes vacants au premier trimestre de 2021, le chiffre le plus élevé depuis 2015.  Et cette pénurie de main-d’œuvre risque d’empirer avec le vieillissement de la population francophone hors Québec. 

Pour de nombreux experts, l’immigration est la clé pour répondre aux urgents besoins de main-d’œuvre et ainsi maintenir le poids démographique des communautés francophones en milieu minoritaire.  Mais cela reste compliqué.  Le gouvernement fédéral tente depuis plusieurs années d’atteindre un objectif précis de 4,4 % de nouveaux arrivants francophones hors Québec, cible renouvelée d’ici à 2023. 

Le système d’immigration extrêmement complexe, auquel sont confrontés les candidats à l’installation, est l’une des principales embuches.  Les difficultés à obtenir des équivalences de diplômes et à intégrer des secteurs règlementés comme la santé sont un autre frein, selon plusieurs organismes représentatifs.





- Marine Ernoult - IJL – Réseau.Presse

La Voie de l’emploi en images

VE CodyClintonvideogames
Cody Clinton video games
VE connection2employment
Connection 2 employment
VE damedeetsy
Dame de Etsy